Gard : Thierry intervient pour débiter les arbres à terre après la mini-tornade
REPORTAGE il y a 890 jours 2 JEAN-LUG BUYTAERT
Gard : Thierry intervient pour débiter les arbres à terre après la mini-tornade Thierry Fries hier après-midi débitait encore les grosses branches d’un cèdre.
Photo J.-.L. B.

Thierry Fries, auto entrepreneur de Vénéjan, depuis lundi matin tronçonne sans arrêt pour des sinistrés.

L'autoentrepreneur Thierry Fries qui a créé sa société La main tendue au milieu de l'année 2011, délaisse depuis dimanche dernier, à la suite de la mini-tornade qui a coûté la vie à deux personnes, une de ses activités : l'élagage. En revanche, depuis dimanche soir, il enregistre un surcroît de sollicitations pour débiter tous les troncs et autres grosses branches tombés à terre.
Mercredi, tronçonneuse en main, il se trouvait en intervention chez Thierry et Michèle Brun, dont la maison est non loin du camping Les Oliviers à Saint-Paulet-de-Caisson. Un majestueux cèdre avait cédé sous les coups de butoir du vent tourbillonnant. "Je suis ici depuis hier et je pense terminer le débitage de toutes les branches demain. J'opère uniquement sur les bois qui ont chuté et absolument pas sur les arbres encore debout. Et depuis dimanche, je dois aussi rédiger des devis pour de nouveaux clients qui, comme toutes les personnes qui ont subi des dommages, souhaitent que j'intervienne chez elles, au plus vite. Actuellement, quatre devis sont en préparation", assure Thierry Fries.

Ex-industriel-il-rebondit-dans-le-secteur-des-services-a-la-personne

Ex-industriel, il rebondit dans le secteur des services à la personne Le jeune entrepreneur intervient à la demande chez des particuliers. © D.R TWITTER C'est à la suite d'un accident de moto que tout s'est déclenché. Arrivé à Pont-Saint-Esprit depuis maintenant trente ans, Thierry Fries, jeune chef d'entreprise, a créé La Main tendue. Après avoir travaillé dix-sept ans dans l'industrie nucléaire, il quitte son travail et devient représentant commercial dans le traitement de l'eau. Cette étape de vie durera six ans. La conjoncture économique et un ennui de santé vont changer le destin de ce jeune homme. J'étais sous l'influence du dieu argent, il n'y avait que la monnaie qui comptait dans ce travail, raconte Thierry Fries. Un terrible accroc va changer sa vision de l'avenir. Fini le temps où l'argent prenait le pouvoir. Alors qu'il est alité pendant six mois, un homme depecher par sa mutuelle  s'occupe de faire son ménage. J'ai eu une prise de conscience, le travail de représentant ne m'intéressait plus, explique Thierry Fries. Il décide alors de se reconvertir, mais cette fois pour créer sa propre entreprise. Un engagement pour le service à la personne va naître. Renseignements pris, il s'aperçoit que des personnes, âgées, seules ou qui manquent de temps, ont besoin d'assistance pour des petits travaux en tout genre. Il fait une demande à la préfecture de Nîmes pour que son entreprise soit agréée. Et depuis le mois de juillet, le jeune gérant a lancé sa propre affaire. Les clients qui font appel à mes services ont droit à une réduction d'impôt quel que soit leur , détaille-t-il. En fin d'année, il doit effectuer une fiche de travaux réalisés chez le demandeur. Cette feuille de renseignements sera alors renvoyée avec la déclaration d'impôt. L'avantage est de pouvoir bénéficier soit d'une réduction fiscale ou d'un crédit d'impôt de 50 % des sommes engagées. Pour le moment, Thierry Fries travaille seul. Son chiffre d'affaires étant en progression, il envisage dans un avenir proche de se faire épauler. Et s'il a choisi d'appeler sa société La Main tendue, c'est pour évoquer un esprit de service, insistant sur le terme entreprise et non association. Les clients commencent déjà à se fidéliser et le contactent pour différents travaux. Je réponds à tous les appels, toutes les demandes, rappelle Thierry Fries. Il effectue néanmoins le travail uniquement si l'attente du demandeur correspond à ses compétences. Sinon, il l'aiguille vers un professionnel plus qualifié. Il œuvre en effet en partenariat avec différents artisans. Pour ce travail, il faut avoir un bon contact relationnel, confirme le nouveau chef d'entreprise.